Réussir son oral aux concours Sciences Po Paris et Bordeaux

L’oral d’admission des concours de Sciences Po Paris et Bordeaux intrigue. Là où les 7 IEP du concours commun nécessitent de passer des épreuves écrites, Paris et Bordeaux se contentent d’un dossier et d’une épreuve orale. Voici quelques éléments vous aidant à la préparer et la réussir. 

La place réservée à l'oral dans les concours de Sciences Po Paris et Bordeaux

Le mode de recrutement de ces deux IEP diffère sensiblement. Pour l’un comme pour l’autre, le dossier permet d’être admissible. Puis l’admission se joue lors de l’oral. Toutefois, les coefficients ne sont pas les mêmes. Pour Sciences Po Paris, vous ne pouvez certes passer l’oral que si vous êtes admissible. Mais ce dernier ne représente que 25% de la note finale. Le dossier compte donc pour 75%. A contrario, pour Bordeaux, si vous êtes admissibles à l’issue de l’examen de votre dossier, l’oral représentera 40% de la note finale.

La durée et la composition de l'oral

L’oral dure généralement environ 30 minutes, devant un jury de deux personnes. Il est constitué d’une présentation du candidat, plus ou moins longue. 2 minutes maximum pour Sciences Po Paris, là où il est préférable pour Bordeaux d’avoir une présentation de 3 à 5 minutes. Puis des questions, diverses et variés. Sciences Po Paris impose l’analyse d’une image parmi deux au choix. Alors que Sciences Po Bordeaux le fait de manière facultative.

Oral Sciences Po

Quelles sont les attentes globales de l'oral aux concours Sciences Po?

Avant toute chose, le candidat doit faire preuve de cohérence. Il doit également faire preuve de maturité. L’objectif est de recruter de jeunes hommes et de jeunes femmes, et non de jeunes garçons ou de jeunes filles qui ne font pas grand chose d’autre que d’aller à l’école pour y obtenir de bonnes notes. Le jury est également sensible à la réflexion du candidat, et à sa capacité à l’alimenter de connaissances. Il mesure aussi  sa capacité d’écoute, ainsi que son ouverture d’esprit. Enfin, si un étudiant à Sciences Po est curieux, cela signifie qu’il suit l’actualité. 

L'importance de la présentation dans un oral

Lorsque le jury demande au candidat de se présenter, c’est comme s’il lui disait: “nous allons livrer un duel, choisissez les armes”. Par conséquent, plus votre présentation est de qualité, plus les questions qui vous seront posées vous permettront de rester sur votre terrain. Avant toute chose, le candidat doit expliquer pourquoi il candidate à Sciences Po Paris ou Bordeaux. Et comme souligné précédemment, il doit souligner en quoi sa candidature est cohérente. Dans ses choix de spécialités au lycée, dans ses activités extrascolaires, dans ses voyages, dans les raisons qui le poussent à intégrer Sciences Po, voire dans son projet professionnel. Tout ceci doit donc s’imbriquer, quel que soit votre projet. 

La présentation est également le moyen de tendre des perches au jury, qui en saisira peut etre quelques unes et vous interrogera dessus. Ce qui vous permettra de rester encore un peu sur votre terrain. Si vous ne devez pas donner l’impression de la réciter, vous devez la connaître par coeur.

Comment gérer l'image?

L’analyse d’une image revêt un réel intérêt pédagogique. Plus nous y préparons, plus nous nous rendons compte que cet aspect de l’oral révèle souvent les capacités du candidat. Il faut prendre le temps de l’analyser. Ne pas s’arrêter au 1er plan, mais essayer de comprendre tous les messages, idées, qu’elle contient. Car il y en a généralement plusieurs. Au candidat de les imbriquer, les développer, et profiter de ces pistes de réflexions pour mobiliser des connaissances et tendre des perches. 

Par conséquent, si j’analyse l’image ci-jointe, je peux utiliser les pistes de réflexion suivante: ère du numérique, révolution industrielle, convergence des médias, dématérialisation. Je peux aussi traité l’instantanéité de l’information, la refonte de la pédagogie. Ou encore les interconnexions des appareils, ou la place des GAFAM, open datas, big brother…Et j’en passe.

analyse image oral

La qualité du langage, le fond et la forme

Bien évidemment, il faut faire attention aux mots que l’on utilise. Sur le fond, les mots ont un sens. Il est préférable de tourner sa langue sept fois dans sa bouche pour donner une réflexion cohérente et choisir ses mots. Les candidats lors d’un oral ont généralement peur de laisser des blancs. A la fin d’une question, ils veulent répondre trop vite. c’est une erreur. A la fin d’une réponse, ils veulent ne pas perdre la main et peuvent à ce moment là parler sans réfléchir et dire une grosse bêtise. 

Sur la forme, veillez à supprimer tout tic de langage. Voici les plus fréquents chez nos candidats: “donc”, “voilà”, “de base”, “etc”. Il n’est pas question de parler un français diplomatique du XIXe siècle, ni de gommer un accent. Mais simplement de faire attention. 

oral Sciences Po

Comment s'habiller pour un oral à Sciences Po?

Il y a quelques années, nous vous aurions dit costard cravate pour les messieurs. Désormais, ça semblerait too much. Messieurs, soyez coiffés, vêtus d’une chemise claire et d’un pantalon sombre. Vos chaussures, noires ou marrons, si l’oral est en présentiel, doivent être cirées. Mesdames, vous disposez, dans la tenue et les couleurs, de bien plus de libertés. Veillez à être classe et soignées, sans que ce soit une tenue de gala avec un maquillage rappelant une voiture volée. Les épaules couvertes, et épargnez nous des chaussures nous permettant de voir vos petites knackis dépasser au bout. Les cheveux, s’ils sont longs, doivent être attachés. Essayez autant que faire se peut de ne pas avoir de colliers ou de bracelets auxquels vos doigts se rattacheront inconsciemment sur le poids du stress. 

comment s'habiller pour un oral

Quels types de questions sont posées?

Il existe des questions à 100 points et des questions à 1 point. Ne pas savoir répondre à une question à 1 point n’est donc pas rédhibitoire. Et quand bien même vous n’avez pas su répondre à une question importante, le jury appréciera et jugera votre capacité à rebondir. Il faut donc gérer les questions les unes après les autres, et essayer de ne pas tenir compte de ce qui s’est passé juste avant. Les premières questions porteront sur la cohérence de votre projet. 

Le jury rebondira alors sur votre présentation. Il essaiera d’en savoir plus, voir si vous avez menti, si vous vous êtes construit un personnage. Si le projet n’est pas franc et clair, cela se verra. Le jury, en fonction de ce que vous avez dit, au départ ou par la suite, continuera à poser des questions. Comme s’il s’agissait d’une pelote de laine dont il tirait le fil. 

Si la volonté n’est pas de mesurer vos connaissances, et avant tout votre réflexion et votre personnalité, il y a de fortes chances que des questions de connaissances et/ou d’actualité vous soient posées. Elles seront en lien avec votre projet pédagogique ou professionnel, voire avec l’image à traiter s’il y en a une. Préparer son oral, c’est maîtriser l’actualité. 

Quelle stratégie adopter pour gérer les questions?

Vous avez le droit de ne pas connaître une réponse. Mais vous avez aussi le droit, le cas échéant, de répondre…sans répondre. Vous devez quoi qu’il en soit essayer de garder la main. Plus votre réponse est longue, moins vous avez de questions. Cela vous permet de développer votre réflexion, de tendre des perches, de montrer que vous avez des connaissances. 

Et moins il y a de questions, moins vous vous faites piéger. Si le jury vous demande “pourquoi?” à la fin d’une réponse, cela signifie que vous n’avez pas développé. Essayez d’éviter cela. Toute réponse justifiée dénote une personnalité, un caractère, une maturité. Bon courage à tous!